Ma garderie est fermée depuis jeudi passé. Étant donné que je travaille à mon compte de la maison, et que papa travaille à l’extérieur, c’est à moi que revient la responsabilité de m’occuper de fiston.

Ce n’est vraiment pas que je déteste m’occuper de mon fils, au contraire. Si je n’avais que ça à faire, ce serait vraiment l’idéal. Malheureusement, et heureusement en même temps, j’ai des contrats à honorer et des délais à respecter. 

Au départ, j’ai pris la décision de travailler de la maison en partie pour arrêter de me retourner sur un 10 cents à chaque pépin qui concernait mes enfants, pour mieux concilier travail et famille et aussi être présente pour mes cocos. Journées pédagogiques, maladies, tempêtes, garderie fermée, etc., j’étais bien consciente que j’allais gérer tout ça!

Bon, ceci étant dit, le tout se déroulait un peu mieux dans ma tête que dans la réalité. Je te jure que c’était beau ce que j’avais imaginé. Je séparerais mes journées moitié travail, moitié enfants. Au fil du temps, j’ai appris à mes dépens que tout n’était pas aussi rose que dans mon imagination.

La garderie fermée, mon fils écoute la télé, joue à des jeux vidéos et prend sa tablette régulièrement, en matinée du moins. Je lui offre de faire plein de choses à la table à côté de maman, mais soit ça ne dure pas longtemps ou rien ne lui tente. Aujourd’hui, j’ai quand même réussi à lui faire faire un peu de peinture. Parfois, c’est du sable lunaire, de la pâte à modeler ou un casse-tête. Il faudrait que je joue avec lui pour que ça dure plus longtemps. Après 30 minutes, il a terminé son activité et il est prêt à passer à autre chose! Évidemment, il retourne toujours vers ce qui l’attire le plus, les écrans. Parfois, je n’ai pas d’autres choix que de le laisser aller pour avancer dans mon travail.

J’essaie tant bien que mal de lui réserver un peu de temps en prenant des pauses dans ma journée. Nous jouons à quelques jeux de société et nous allons donner un peu de pain aux poules. Je lui accorde entre 1h00 et 1h30 avant l’heure du dodo. Je suis quand même chanceuse de ce côté-là. Il ne faisait plus de siestes à la maison depuis un bout, mais depuis qu’il a eu un rhume, c’est lui qui veut aller faire un petit dodo dans le lit de maman. C’est comme si ça faisait partie de sa routine à la maison avec moi. Donc, j’ai un peu de temps à ce moment-là, jamais assez, mais je fais ce que je peux! 

Tout ça pour dire que les écrans sont bien présents dans la vie de mes enfants. Je ne m’en cache pas! Disons-nous-le, c’est grandement aidant parfois. C’est la seule chose qui les garde concentrés et attentifs aussi longtemps! 

On dit que les enfants ne doivent pas écouter la télé en bas de 2 ans. Je t’annonce tout de suite que je n’ai jamais respecté cette règle, et ce, pour mes 2 enfants. Bon, j’ai quand même utilisé mon jugement là! 

« Les écrans, ce n’est pas si mauvais au fond », dit la fille qui est accro à son cell, qui travaille sur un portable toute la journée et qui adore écouter ses émissions de télé le soir! 

Toi, laisses-tu tes enfants « chiller » devant un écran :

  • Rarement?
  • Parfois?
  • Souvent?
  • Trop souvent?